Les 9 fondamentaux de La concertation sociale

1 - Définir un cadre clair

Comme toute procédure de co-construction, la « concertation sociale » nécessite l’établissement de règles du « jeu » afin de définir , en amont des discussions, qui peut participer et de quelle manière . Il est important de préciser sur quoi portent les échanges ainsi que la nature du lien entre les discussions et la décision finale. Les règles de la concertation doivent également exposer les étapes du processus, être comprises, partagées et respectées par l’ensemble des participants.

2 - Animer les discussions

L’animation des débats débute avant même les premières réunions de concertation. Le rôle de l’animateur consiste à préparer autant la trame de la réunion que les participants. L’animateur est celui qui anime : il fait tourner la parole, il garantit le respect des règles du jeu, etc. Sa posture est multiple : il est un médiateur lorsque des intérêts divergents sont en présence, un facilitateur pour favoriser l’accès de tous à la parole publique et un tiers garant.

3 - Impulser une dynamique de concernement

Pour qu’un individu participe, il doit se sentir concerné par le sujet. Dit autrement, il doit avoir des prises. L’enjeu du « concernement » est de donner, en amont des réunions de concertation, suffisamment d’information sur le sujet débattu pour que chacun puisse y réfléchir et se forger une opinion. Les participants ont également besoin de comprendre ce qui est attendu concernant leur participation ainsi que les marges de manœuvre dont ils disposent. Pour tous ceux qui sont éloignés de la prise de parole en public, cette étape est indispensable pour accompagner leur participation et leur montée en compétence.

4 - Assurer une compréhension partagée du contexte 

Pour que les discussions des participants puissent tendre vers un accord, il est important que chacun ait une compréhension partagée du contexte, des enjeux, des parties-prenantes, des tenants et des aboutissants. La prise en compte du contexte dans lequel se met en place une procédure de concertation est une étape incontournable pour l’animateur. L’enjeu est de pouvoir désamorcer les conflits et limiter les rapports de force entre certaines positions susceptibles de s’opposer. Plus ce diagnostic est partagé par les participants, plus leur capacité à dépasser leur propre position dans la discussion va s’accroître.

5 - Faire preuve d'écoute active

L’écoute active est nécessaire pour permettre à chacun de se décentrer de ses propres problématiques. Concrètement, durant les échanges, il s’agit de reconnaître l’autre dans sa singularité. Cette attitude permet de développer de l’empathie pour dépasser les clivages sociaux, culturels et les préjugés. C’est une prise de recul qui invite chacun à approfondir sa compréhension par une analyse approfondie, un questionnement et l’écoute de points de vue différents.

6 - Mener des échanges argumentés

L’argumentation est un élément central. Les arguments échangés et la rationalité des propos exprimés donnent du poids aux échanges. Ce qui prime, ce n’est pas le « poids » social ou hiérarchique de celui qui parle, mais davantage la pertinence de ce qu’il dit. Même des propos très subjectifs ou relevant de « l’intérêt particulier » peuvent devenir l’amorce d’une montée en généralité. Souvent, il est plus facile de partir de situations concrètes vécues par les participants pour amener le collectif à prendre du recul.

7 - Garantir la clarté du processus

Le processus participatif doit être crédible. Il doit donc être clair et compréhensible au regard de tous. C’est un espace où s’instaure un climat de confiance . ll ne souffre d’aucun manquement en matière d’éthique. Il explicite la dynamique de la concertation, les étapes clés, la valeur ajoutée attendue, les rôles et responsabilités de tous les acteurs. Il est impossible de supprimer totalement les « off » : l’enjeu consiste alors à les intégrer à la démarche. De même, les participants sont sensibles à la cohérence entre ce qui est dit et ce qui est fait, un enjeu de mobilisation.

8 - Prendre des décisions éclairées

La concertation doit aboutir à la prise de décision. Une décision éclairée est une décision juste et cohérente au regard du cadre via lequel elle a été bâtie. La manière dont la décision est prise doit être conforme aux règles du jeu énoncées initialement. Il s’agit d’éviter à tout prix une solution sortie du « chapeau ». La décision doit s’appuyer sur les arguments échangés durant le processus de discussion.

9 - Partager les résultats

Lorsque des décisions sont prises, la concertation peut également être mobilisée pour communiquer et partager l’ensemble des résultats obtenus. Dans ce contexte, le chemin de co-construction de ces résultats devrait faire l’objet d’une formalisation mettant en lumière les différentes possibilités et l’argumentation qui auront conduit aux choix. Il s’agit aussi d’assurer l’implication de ceux qui ont contribué à la prise de décision à la mise en œuvre de celle-ci.

 


Télécharger le document complet au format PDF